<
Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

198 gènes indispensables au développement du cerveau

aA - +Imprimer la page

Accédez à l’intégralité de l’article sur le site de Nature

Le cerveau est un organe extrêmement complexe constitué de 100 milliards de cellules organisées en noyaux interconnectés et toujours structurés de la même manière. Cette structure est contrôlée par notre matériel génétique dont une partie participe à la structure et la fonction du cerveau, elles-mêmes étroitement liées.

En étudiant l’anatomie de cerveaux issus de plus de 1500 lignées de souris, chacune ayant un gène inactivé parmi les 20000 gènes du génome, dans le cadre du Consortium International de Phénotypage chez la souris (IMPC, www.mousephenotype.org), les chercheurs ont démontré que 198 gènes sont associés à des anomalies anatomiques du cerveau, telles que l’hippocampe impliqué dans la mémoire ou le cortex moteur impliqué dans l’exécution du mouvement.

En étudiant ces gènes dans leur ensemble, en collaboration avec Caleb Webber de l’Université d’Oxford, les chercheurs ont également identifié des réseaux fonctionnels de gènes de manière à décrire ce qui les relie entre eux et à la neuroanatomie cérébrale.

Il est important de souligner que 83% de ces gènes n’avaient jamais été impliqués dans les structures cérébrales auparavant. Ces résultats permettent aujourd’hui de mieux comprendre les causes génétiques des maladies cognitives associés à des malformations cérébrales et ce, en vue, à long terme, d’aboutir au diagnostic génétique de patients qui se trouve dans les cas les plus rares et complexes.

Cet article de Stephan Collins et de ses collègues est un véritable tour de force et le travail de 8 années de collecte de données visant à identifier les gènes qui forme le cerveau mammalien. Cet article coïncide également avec le recrutement du Dr. Binnaz Yalcin, l’investigateur principal de l’étude, en tant que chercheur INSERM dans l’équipe Génétique des Anomalies du développement (GAD) de l’unité INSERM 1231 de Dijon.

Contact Chercheurs

Stephan C. Collins MCU
Binnaz Yalcin CRCN INSERM
Unité Inserm 1231 Equipe GAD Groupe Neuro-génétique des Modèles Murins
Bâtiment B3
Université de Bourgogne
15 boulevard Maréchal De Lattre de Tassigny
21070 Dijon Cedex
Tél: 03 80 39 66 60

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:

Accédez à l'intégralité de l'article sur le site de Nature

Le cerveau est un organe extrêmement complexe constitué de 100 milliards de cellules organisées en noyaux interconnectés et toujours structurés de la même manière. Cette structure est contrôlée par notre matériel génétique dont une partie participe à la structure et la fonction du cerveau, elles-mêmes étroitement liées.

En étudiant l’anatomie de cerveaux issus de plus de 1500 lignées de souris, chacune ayant un gène inactivé parmi les 20000 gènes du génome, dans le cadre du Consortium International de Phénotypage chez la souris (IMPC, www.mousephenotype.org), les chercheurs ont démontré que 198 gènes sont associés à des anomalies anatomiques du cerveau, telles que l'hippocampe impliqué dans la mémoire ou le cortex moteur impliqué dans l’exécution du mouvement.

En étudiant ces gènes dans leur ensemble, en collaboration avec Caleb Webber de l’Université d’Oxford, les chercheurs ont également identifié des réseaux fonctionnels de gènes de manière à décrire ce qui les relie entre eux et à la neuroanatomie cérébrale.

Il est important de souligner que 83% de ces gènes n’avaient jamais été impliqués dans les structures cérébrales auparavant. Ces résultats permettent aujourd’hui de mieux comprendre les causes génétiques des maladies cognitives associés à des malformations cérébrales et ce, en vue, à long terme, d’aboutir au diagnostic génétique de patients qui se trouve dans les cas les plus rares et complexes.

Cet article de Stephan Collins et de ses collègues est un véritable tour de force et le travail de 8 années de collecte de données visant à identifier les gènes qui forme le cerveau mammalien. Cet article coïncide également avec le recrutement du Dr. Binnaz Yalcin, l’investigateur principal de l’étude, en tant que chercheur INSERM dans l’équipe Génétique des Anomalies du développement (GAD) de l’unité INSERM 1231 de Dijon.

Contact Chercheurs

Stephan C. Collins MCU
Binnaz Yalcin CRCN INSERM
Unité Inserm 1231 Equipe GAD Groupe Neuro-génétique des Modèles Murins
Bâtiment B3
Université de Bourgogne
15 boulevard Maréchal De Lattre de Tassigny
21070 Dijon Cedex
Tél: 03 80 39 66 60

Log In

Create an account