Aller au menuAller au contenu

Décès de Michel Guyot, professeur honoraire de l'Université de Bourgogne

Décès de Michel Guyot, professeur honoraire de l'Université de Bourgogne

Michel GUYOT (1932-2018)

Michel GUYOT, professeur honoraire de l’Université de Bourgogne, est décédé le 27 juillet 2018 à l’âge de 86 ans.
Il a effectué ses études supérieures à l’université de Poitiers où il est recruté comme assistant en 1955 à la station biologique de Beau Site de la Faculté des sciences dirigée par le professeur P. GAVAUDAN.
Il soutient sa thèse de doctorat d’Etat intitulée « Analyse par les hautes pressions de quelques fonctions physiologiques des végétaux et des animaux » en 1960.

Devenu maître-assistant, il assure des enseignements de biologie cellulaire et végétale et effectue des recherches dans le domaine de la morphologie végétale.
Suite à l’invitation du professeur OPARIN à Poitiers en décembre 1959, Michel GUYOT entreprend la traduction du célèbre ouvrage du Professeur russe intitulé « L’origine de la vie sur la terre » (à partir de la traduction anglaise effectuée par Ann SYNGE) ouvrage édité chez Masson et Cie en 1965.

C ’est en 1965 que Michel GUYOT est nommé professeur à l’Université de Dijon où il enseigne la biologie cellulaire et la biologie végétale. Sur le plan de la recherche, il s’est spécialisé dans l’étude des épidermes des plantes (phytodermologie) et a notamment dirigé la thèse de Claude HUMBERT portant sur la structure et les fonctions des stomates.
Syndicaliste actif (membre du SNESUP), il est co-fondateur de la formation continue à l’université de Dijon. Créateur du SUFCOB, dont il sera le premier directeur à partir de 1971, il s’est aussi beaucoup investi dans la création de « l’Université pour tous ». Ultérieurement, il assurera la fonction de directeur de la MAFPEN au Rectorat (formation des enseignants).

En 1987, il est détaché à l’Université du Bénin de Lomé (Togo) dans le cadre d’une mission de coopération. Il y enseigne la biologie végétale à différents niveaux en faculté des sciences et en école d’agronomie. Sa rencontre avec la flore togolaise l’a conduit à concevoir un manuel de « Systématique des Angiospermes » (ouvrage de 217 pages) en développant la description des familles effectivement présentes au Togo. Sa mission se termine en 1992, date à laquelle il réintègre l’UFR des sciences de la vie et de l’environnement à Dijon mais décide de prendre sa retraite peu de temps après.

Par son dynamisme créatif, en particulier dans le domaine de la formation continue, Michel GUYOT a fortement marqué de son empreinte l’histoire de l’Université de Bourgogne.

Jean Vallade