<
Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche

Des odeurs pour protéger nos vergers : une stratégie de lutte révolutionnaire contre les ravageurs

aA - +Imprimer la page

Drosophila suzukii est une petite mouche redoutable qui s’attaque aux fruits rouges dès les premiers stades de leur formation (fraises, framboises, mûres, cerises). Malheureusement, il est difficile de lutter efficacement contre cette espèce invasive. Le seul insecticide efficace est extrêmement toxique et son utilisation exceptionnelle est soumise à dérogation.

Il y a une dizaine d’années, des chercheurs du CSGA ont montré que deux molécules odorantes stimulaient la parade de Drosophila melanogaster, une cousine de suzukii. En s’inspirant de ces travaux, les chercheurs ont cherché un anti-aphrodisiaque susceptible de protéger les vergers… et ont trouvé !

Ils ont ainsi identifié deux acides gras volatils, l’acide propanoïque et l’acide butyrique, susceptibles d’inhiber drastiquement la parade et la copulation de nos deux cousines, melanogaster et suzukii. Ces deux acides gras sont des molécules non toxiques, issues de la dégradation de produits alimentaires par des bactéries. L’effet est proportionnel à la concentration des odeurs : plus la concentration est élevée, et moins les mouches paradent et copulent. Aux plus fortes concentrations, les odeurs induisent même une anesthésie transitoire spectaculaire des insectes 2. Ces travaux ont permis aux
chercheurs de développer DrosoMous, un anti-aphrodisiaque efficace pour protéger les cultures des insectes nuisibles tout en respectant la biodiversité et l’environnement.

Des essais en plein champs ont montré des résultats très encourageants pour protéger les cultures. DrosoMous constitue ainsi une stratégie très intéressante dans la lutte biologique pour préserver nos petits fruits. Cerise sur le gâteau, ces deux odeurs diminuent également les interactions sociales chez d’autres insectes parasites, et
notamment la mouche de l’olive (Bactrocera olea) et la mouche méditerranéenne (Ceratitis capitata).

Une option de licence de DrosoMous vient d’être accordée à la société Céaritis.

Contact : Martine Berthelot-Grosjean, martine.berthelot-grosjean@cnrs.fr

Pour en savoir plus
1 Grosjean Y et al. (2011). An olfactory receptor for food-derived odours promotes male courtship in Drosophila. Nature, 478, 236-40.
2 Berthelot-Grosjean M et al. (2021). DrosoMous: repellent composition and uses.
PCT/EP2020/075386, WO 2021/048305.

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:2:"kc";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:
ao_post_optimize:
a:6:{s:16:"ao_post_optimize";s:2:"on";s:19:"ao_post_js_optimize";s:2:"on";s:20:"ao_post_css_optimize";s:2:"on";s:12:"ao_post_ccss";s:2:"on";s:16:"ao_post_lazyload";s:2:"on";s:15:"ao_post_preload";s:0:"";}

Log In

Create an account

Centre de préférences de confidentialité

      Necessary

      Advertising

      Analytics

      Other